Sur Internet on trouve de tout, du bon du moins bon, mais aussi de l’excellent ou de l’arnaque. Quand on souhaite confier sa vie à un professionnel, la peur de l’arnaque est assez naturelle, surtout avec l’anonymat d’internet. Dans cet article je vous propose de voir avec vous si un bilan de compétence est une arnaque ou bien si ça marche et pourquoi/comment.

Le regard d’un professionnel

Ce que je vous donne là est le regard d’un professionnel avec des années de pratique en accompagnement personnel et en accompagnement professionnel. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur moi, je vous renvoie à la présentation que je donne dans la slibard. Vous trouverez sur Internet un peu tout et des avis plus ou moins fiables, ou au contraire tout à fait autorisés.

Certains vous donneront leur expérience, leur impression, comme candidats ayant suivi un bilan. Il faut bien entendu faire la part de l’émotion personnelle. Un bilan, comme n’importe quel contact humain, peut dépendre de la relation avec le consultant, du feeling, mais aussi de votre état d’esprit du moment. Ces avis, qui ont leur intérêt, restent cependant émotifs et subjectifs. Trop, pour parler « en général » d’un bilan de compétences.

D’autres personnes sur Internet vous donneront un avis d’expert. Les recruteurs qui ont vu passer des personnes après un bilan de compétences, avec des expériences variées, des succès divers. Les employeurs qui « récupèrent » un reconverti. Mais là encore, tout cela reste un avis extérieur sur un échantillon de personnes et un avis donné par des personnes qui souvent n’ont pas fait elles-mêmes de bilan de compétences et qui donc parlent de seconde main.

Vous trouverez également les professionnels consultants qui vont, et c’est normal, vanter leur produit pour le rendre attrayant, avec force témoignages positifs. Ces témoignages montrent, au passage, que les bilans ne sont pas négatifs par nature.

Il semble alors qu’il y ait du bon et du moins bon. En tout cas des retours d’expériences divergents. On peut alors être tenté de radicaliser un point de vue et décréter qu’un bilan de compétences est inutile, voire une arnaque.

Après avoir souligné que les avis sont trop subjectifs pour décrédibiliser le bilan de compétence en tant que tel, je voudrais vous donner les éléments nécessaires pour vous faire un avis sur les bilans de compétences et donc choisir votre bilan de compétences avec des critères objectifs.

Bien comprendre ce qu’est un bilan de compétences, c’est comprendre ce qu’il n’est pas.

Beaucoup d’avis sur Internet, à propos des bilans de compétences montrent qu’en fait, il y a eu, à la base, une erreur de casting. Et il arrive souvent qu’un candidat au bilan de compétences vienne avec une fausse idée de ce qu’il va trouver. C’est souvent le cas, lorsque le Bilan est pris en charge par pôle emploi ou par l’entreprise. C’est d’autant plus vrai que les bilans sont parfois pris en charge comme formation professionnelle. Or le bilan n’est pas une formation.

Personnellement, avant de m’engager dans un parcours de bilan de compétences avec un candidat, je passe une séance entière à vérifier que la démarche de bilan est bien ce qu’il recherche.

  • Je l’ai dit, le bilan n’est pas une formation professionnelle. Vous ne pourrez pas justifier de votre bilan comme une compétence technique opérationnelle. Le Bilan ne vous donne pas de nouvelles compétences. Il vous offre une connaissance de vous-même.
  • Mais attention, le bilan de compétences n’est pas non plus un bilan personnel thérapeutique. Ce n’est pas une analyse psychologique de vous-même. Ce n’est pas une introspection, ni un bilan affectif. C’est un regard en profondeur sur tout ce qui définit votre profil professionnel.
  • Mais, attention là encore, un bilan de compétences n’est pas un test d’aptitudes. Et surtout pas un test anonyme qui débouche sur un graphique et des portraits types génériques qui correspondent chacun à un quart de la population. Un bilan n’est pas un test qui vous sortirait du chapeau votre profil. Ces tests sont catastrophiques car ils enferment dans des cases au lieu d’ouvrir aux possibles réels.
  • Un bilan de compétences n’est pas là pour s’évader d’un contexte difficile, rêver à des jours meilleurs ni fuir une situation ou des personnes. Le bilan de compétences est très pragmatique et réaliste. Il part de votre réalité propre, de votre quotidien, de ce que vous êtes aujourd’hui et maintenant.
  • Un bilan n’est pas là pour faire des miracles, ni pour demander à un autre de régler vos problèmes. Et c’est là une des déceptions que l’on sent souvent chez les déçus d’un bilan de compétences. L’acteur du bilan de compétences c’est vous et vous seul.

Le véritable frein dans un bilan de compétences c’est MOI

Si le bilan remplit les conditions que je vais évoquer plus loin, le plus souvent l’obstacle à la réussite de mon bilan c’est moi-même. Il y a des conditions de bases qu’on ne peut pas écarter dans un bilan de compétences. Et ces conditions viennent de moi.

  • Un bilan c’est du travail, c’est du temps, c’est de l’investissement. Trop souvent, nous voyons les candidats se démotiver, arrêter en cours de route ou bien brûler les étapes pour en finir. La motivation est le moteur de la réussite d’un bilan. C’est d’autant plus vrai qu’il faudra aussi de la motivation après le bilan.
  • Car le bilan n’est pas une étape isolée ni une fin en soi. Le bilan c’est nouveau départ. Mais qui dit départ, dit énergie pour partir et aller au bout. Avec un bilan tout commence. C’est après le bilan qu’il faudra se retrousser les manches. Alors si la motivation au changement n’est pas là, le bilan vous décevra forcément. Il vous paraitra avoir été un beau rêve, une escroquerie.
  • Mais un bilan c’est aussi un moment de vérité. Et là ça peut faire mal, tellement mal qu’on peut se démotiver, tourner la page avant d’arriver au bout. Ou bien pire, se mentir parce qu’on n’accepte pas ce qu’on découvre, nos peurs, nos limites, nos échecs, nos responsabilités. Or se mentir c’est créer un personnage qui n’existe pas. Et dans le cas d’un bilan de compétences, c’est créer un profil professionnel qui est faux. Alors là encore, on criera à l’arnaque.
  • Enfin, parce que c’est de l’investissement, parce qu’on est confronté à soi-même, le bilan de compétences dépendra de votre état psychologique et moral. Si vous êtes fragile, démotivé, en burn-out, instable ou en révolte, votre perception de vous-même et de votre rapport aux autres sera forcément impacté. Cela ne veut pas dire que vous ne pourrez pas faire de bilan, mais il faudra intégrer l’information dans votre progression.
bilan de compétences critères pour choisir

Ce que doit comporter un parcours pour être un vrai bilan de compétences 

Tout d’abord il s’agit d’un parcours, d’une progression. Si vous cherchez à trouver votre métier dès la première étape, vous ne le trouverez jamais, parce que vous allez chercher à faire coller votre bilan à vos idées. Au contraire, il faut vous laisser interpeler par le bilan dont le but est d’aller chercher qui vous êtes dans les moindres recoins de votre vie.

Il y a quatre étapes incontournables dans votre parcours. Et vous allez voir que l’ordre de progression de ces quatre étapes est logique.

  1. Retour sur soi
  • Tout d’abord, il faut découvrir qui vous êtes professionnellement. Pour cela, il faut relire votre parcours professionnel afin de faire remonter toutes vos compétences, même celles qui vous semblent anecdotiques, ou trop anciennes. Les découvrir, les classer par niveau de compétences, mais aussi de motivation. Cela donne un aperçu de vos compétences techniques.
  • Mais ce n’est pas suffisant, car ces compétences sont mises en musique par ce que vous êtes. D’où la nécessité d’intégrer au bilan un regard sur votre personnalité. Sans faire un bilan personnel, il faut prendre en compte ce qui impacte votre façon d’être et de faire au travail. C’est souvent le moment le plus dur.
  • Aspiration et potentiel
  • Si vous envisagez une reconversion professionnelle, c’est que vos aspirations profondes ne sont pas comblées pour différentes raisons. Il convient donc de mettre en lumières vos aspirations, vos motivations et de comprendre pourquoi elles ne sont pas comblées.
  • Ensuite il faut confronter ce rêve profond à la réalité qui est la vôtre. Vouloir être astronaute dit plus de vos aspirations que simplement marcher sur la lune. Comment incarner ce désir d’aventure, d’ouverture ou d’héroïsme, dans votre réalité, tel est l’enjeu d’un bilan de compétences et d’une reconversion réussie.
  • Ouvrir le champ des possibles
  • En partant de votre réalité, de votre situation professionnelle et compte tenu de vos compétences, de vos limites et de vos contraintes, plusieurs pistes sont possibles. C’est ce qu’on appelle le champ des possibles. Poser toutes ces possibilités c’est ouvrir le champ des possibles de votre profil professionnel.
  • Il convient alors de sélectionner selon certains critères trois ou quatre pistes métiers.
  • Choisir un métier
  • Pour que votre métier colle à vos impératifs concrets, il va encore falloir que vous définissiez des critères qui vous sont propres, comme la place de la famille, les déplacements, le cadre de travail etc.
  • Il faudra ensuite passer vos pistes selon ces critères pour voir lequel coche le plus de cases. Vous aurez ainsi le métier qui correspond à la réalité de votre vie et de votre profil professionnel.

Le bilan de compétences c’est découvrir son profil professionnel pour choisir un métier

Le bilan doit vous permettre de découvrir votre profil professionnel pour choisir un métier. Pas plus. La recherche d’emploi, la mise en route d’un plan d’action ne font pas partie d’un bilan. Si vous attendez d’un bilan de trouver un job à la sortie alors vous penserez que c’est une arnaque. Il n’est pas rare que les candidats trouvent assez vite un emploi après leur bilan, dans la mesure où un vrai bilan doit intégrer aussi les réalités du marché de l’emploi.

Mais de nombreuses reconversions nécessitent du temps, un plan d’action par étapes (se former, se faire connaître, etc.). Arrive, seulement après, une recherche d’emploi classique qui ne fait plus partie du bilan lui-même. Ce n’est pas parce que vous avez fait un bilan que toutes les portes vont s’ouvrir. Vous ne faites que vous mettre sur le marché de l’emploi et de la concurrence, comme tout le monde.

Certains bilans, proposent, en bonus d’aider au plan d’action, mais c’est un bonus. Personnellement, je donne une ou deux séances de conseils, mais qui sont des conseils pour que chacun se mette en route.  Comme je le disais plus haut…. Tout commence.

Pour faire un bilan de compétences

Je suis conscient que si j’ai pu lever certaines objections contre le bilan de compétences, je n’ai pas enlevé tous les freins.

  • Il reste encore la peur de se lancer, de s’ouvrir, de faire confiance.
  • Le coût qui peut être important
  • La proximité d’un centre de bilan
  • Et le temps

Pour lever ses obstacles j’ai mis en place une formation par internet qui reprend bien entendu ces principes de bases.

Je vous invite, pour en savoir plus à télécharger l’e-book qui vous donnera le détail précis des 12 étapes d’un parcours qui a fait ses preuves.

En voici les étapes.

  1. Identifier sa recherche
  2. Relire son parcours professionnel
  3. Analyser la relecture de son parcours professionnel
  4. Relire son parcours relationnel
  5. Analyser la relecture de son parcours relationnel
  6. Mise en place de la matrice des compétences
  7. Relecture de la matrice des compétences
  8. Fine pointe de son rêve
  9.  Ouverture du champ des possibles, un chemin à construire
  10. Déterminer deux à trois choix possibles
  11. Pondérer les choix pour les classer
  12. Mettre en place son plan d’action

Merci de votre confiance et à bientôt de l’autre côté de ce lien !

Téléchargez votre e-book offert, Un bilan de compétences à domicile en 12 étapes

Cyril Brun